Handicap auditif, le connaître pour le comprendre

Le handicap auditif peut avoir différentes origines : il peut être de naissance, dû à une maladie ou à un accident. Il peut être de différents niveaux : de surdité légère à surdité profonde. Dans tous les cas, même s’il est souvent sous-estimé, le handicap auditif compromet sensiblement la communication et l’accès à l’information.

Les personnes malentendantes ont souvent recours à des prothèses auditives, les personnes sourdes profondes s’aident du visuel et du gestuel. Notez que les compensations pour accéder à l’information nécessitent une concentration intense et permanente génératrice de fatigue.

On ne parle pas de sourd et muet : les personnes sourdes peuvent produire des sons et ne sont donc pas muettes !

Les différents modes de communication pour les sourds et malentendants :

La lecture labiale : La lecture sur les lèvres, utilisée par certains, demande une grande concentration et n’est pas toujours applicable lors des conversations à plusieurs.

Le langage parlé complété : il permet de coder avec la main tous les sons de la langue française.

La langue des signes : la langue des signes française (LSF) a été reconnue comme une langue à part entière par la loi du 11 février 2005, elle associe gestes, mouvements corporels et expressions du visage.

La France compte :

millions de malentendants

sourds profonds

Les bons réflexes :

  • articuler distinctement sans déformer la bouche
  • avoir le visage dégagé
  • faire des phrases courtes, utiliser du vocabulaire simple et parler à un rythme modéré
  • reformuler plutôt que répéter en cas d’incompréhension
  • s’adresser à l’étudiant et non à son interprète
  • prévenir en cas de changement de sujet
  • écrire les nombres et les noms propres
  • privilégier l’écrit et l’outil informatique pour le passage de consignes (mail ou Moodle)
  • en cas d’évacuation, donner votre bras à l’étudiant pour l’accompagner vers la sortie

A éviter :

  • parler fort
  • parler en même temps qu’une autre personne
  • les endroits bruyants, mal éclairés ou avec contre-jour peuvent gêner une audition déjà faible ou la lecture labiale
  • cacher son visage, passer la main devant la bouche en parlant, baisser la tête, parler en tournant le dos ou en marchant peut aussi entraver la lecture labiale

Les conseils pour chaque typologie de handicap

lien vers la page autisme lien vers la page dyslexie lien vers la page handicap intellectuel lien vers la page maladies invalidantes lien vers la page handicap moteur lien vers la page handicap psychique lien vers la page handicap visuel
Couleurs
Taille de la police